La 4L du Gendarme

12 décembre 2007

L'achat.

Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir.

Voici donc la 4L de Gendarmerie que nous venons d'acquérir.
Type: 112C
Moteur 956 cm3 de 34ch.

121207_3

Elle est du mois d'août 1990. C'est donc un des derniers modèles, puisque la R4 a été construite de 1961 à 1992.

En 1990, seules 2 finitions existent encore pour les particuliers. La "Clan", et la "Savane".

Notre 4L est à part. C'est un véhicule d'administration. La finition est une base de TL version 1987 avec quelques agréments sympathiques, tel l'interieur en skaï noir. Notre 4L de gendarmerie se reconnaît facilement, grâce à la couleur bien sûr, mais grâce aussi à l'immense antenne de toit, montée sur ressort!

Niveau kilométrage, notre exemplaire a pas mal de bouteille: 160 000km. Un tel chiffre ne me fait absolument pas peur pour un moteur Cléon. Le point le plus sensible sur une auto de 17ans, surtout sur une 4L, c'est la rouille.

4L, R8, Aronde, Simca 1000, 403... Autant de belles voitures, mais produites en grandes séries et faites de tôles empilées et à peine traitées contre la rouille. Tous les constructeurs français était égaux sur ce point:  Ils s'embarrassaient peu de la qualité de leurs autos à long terme, et leurs procédés de fabrication n'était pas beaucoup plus évolués que ceux des fabricants de bicyclettes...

Bref! La rouille, c'est le cancer de la 4L. Longerons, bras de suspension arrière,  plancher, portière, presque rien  n'y résiste.

Alors faisons un bilan sur notre exemplaire!

Bras de suspension arrière droit: Çà va, rien de grave.

121207_7

 

Arrière gauche, ça va aussi, ce n'est que de la rouille de surface.

121207_11

Longeron arrière gauche. A première vue rien de méchant là non plus.

121207_10

Longeron arrière droit. OK.

121207_16

Plancher sans histoires.

121207_8

Le moteur semble être sans soucis. Il a besoin d'un bon réglage car il plafonnait à 80km/h sur les 150km qui ont ramené la 4L à la maison. La batterie est morte. Il y a également des traces de "mayonnaise" sous le bouchon de remplissage d'huile, mais ce ne sont que des traces. Les moteurs Cléon sont sensibles à la condensation de l'eau, et ce phénomène peut être tout à fait normal s'il reste mesuré, ce qui semble être le cas ici. Une fois démarrée, l'auto tourne très bien. Par contre toute la ligne d'échappement est à revoir, j'ai l'impression de conduire une Gordini!

121207_15


Allez hop, direction le garage pour restaurer tout ça et lui redonner sa première beauté!

Posté par Olivemi à 19:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]